trajet en métro de Crimée à Reuilly - Diderot


éviter la marche à pied au départ ou à l'arrivée

 


Stations de métro
Plan du métro de Paris
Carte interactive du métro de Paris
Calcul d'un itinéraire en bus

 

Comment aller de Crimée à Reuilly - Diderot en métro :
pietonSe rendre à la station Crimée et prendre la ligne de métro ligne de metro 7 en direction de Mairie d'Ivry
Villejuif Louis Aragon
17Crimée
27Riquet
37Stalingrad
47Louis Blanc
57Château Landon
67Gare de l'Est
77Poissonnière
87Cadet
97Le Peletier
107Chaussée d'Antin La Fayette
117Opéra
127Pyramides
137Palais Royal Musée du Louvre
147Pont Neuf
157Châtelet
pieton
Correspondance
Changer à la station Châtelet et prendre la ligne de métro ligne de metro 1 en direction de Château de Vincennes
161Châtelet
171Hôtel de Ville
181Saint-Paul
191Bastille
201Gare de Lyon
211Reuilly - Diderot
pietondescendre à la station Reuilly - Diderot
 
Position des sorties sur le quai de la station de métro Reuilly - Diderot (les wagons en vert sont à proximité des sorties)
position des sorties

 

L'itinéraire de Crimée à Reuilly - Diderot :

Le trajet le plus rapide en métro au départ de Crimée et à destination de Reuilly - Diderot est parcouru en 41 minutes. Ce trajet emprunte les lignes 7 et 1. Il comporte un changement et 21 stations. Le changement s'effectue à Châtelet. Le lieu de départ, Crimée, est situé à une distance de 4,891 km de la destination. A pied, le temps de trajet entre la station de départ et la destination est de 1 h 05 mn.
voir plan interactif

 

 

Particularités des stations :

La station de métro Crimée, située à Paris, a été ouverte pour la première fois au public le 5 novembre 1910. La station Reuilly - Diderot, localisée à Paris, a été inaugurée le   20 août 1900.

 

Fréquentation annuelle des stations :

Métro Crimée : 6 613 387 voyageurs
Métro Reuilly - Diderot : 5 778 841 voyageurs

 

Crimée

La sortie du métro Crimée donne sur l'avenue de Flandre non loin de la rue de Crimée dont le nom fut donné en mémoire de la guerre de Crimée (1853-1856) opposant la Turquie, l'Angleterre, le Piémont et la France à la Russie.